Centre justice et foi
 
Vivre ensemble

 


Faites un don


POUR RECEVOIR
LE WEBZINE VIVRE ENSEMBLE,
INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE
liste d'envoi
  

 



Le Centre justice et foi, par son secteur Vivre ensemble, suit depuis plus de 30 ans les questions d’immigration au Canada et au Québec.

Il intervient sur trois enjeux principaux : société québécoise et pluralisme, migrations internationales et protection des réfugiéspastorale interculturelle. Les différentes activités réalisées par le secteur visent à assurer une réflexion collective autour de ces différents axes thématiques avec un parti pris pour la justice sociale.

 

Webzine Vivre Ensemble   Le webzine Vivre ensemble est une source d’information incontournable sur les enjeux de l’heure liés aux migrations internationales et au pluralisme.
Le Webzine
     
Webzine Vivre Ensemble   « QuébécoisEs, musulmanEs… et après? » est un projet visant à interroger les représentations autour de l’islam, à mieux comprendre la diversité des personnes musulmanes et les enjeux du pluralisme au Québec.
En savoir plus
     
Maria'm   Maria’M est un groupe de dialogue féministe entre chrétiennes et musulmanes dont les membres s’engagent pour l’égalité entre les sexes au sein de leurs traditions religieuses et dans la société.
En savoir plus

AUTRES INFORMATIONS DE VIVRE ENSEMBLE

Le secteur Vivre ensemble sera présent au Forum social mondial et au Forum de théologie de la libération. Il organise en partenariat avec le Front des non-syndiqués de l’organisme Au bas de l’échelle l'atelier Travailleuses et travailleurs migrants : pas des marchandises
Intervenants
Animation - Mouloud Idir, Centre justice et foi
Melvin Mendez, Somos hermanos
Mélanie Gauvin, Front de défense des syndiqués - Comité migrant
Sid-Ahmed Soussi, Département de sociologie, Université du Québec à Montréal

Le groupe Maria'M sera aussi présent au Forum social mondial et au Forum de théologie de la libération. Il organise l'atelier Le dialogue intereligieux féministe du Groupe Maria’M.
Intervenantes
Animation – Élisabeth Garant, directrice du Centre justice et foi
Samia Amor, doctorante en droit
Carmen Chouinard, doctorante en science des religions
Janet Dench, directrice du Conseil canadien pour les réfugiés
Sabrina Di Matteo, directrice du Centre étudiant Benoît Lacroix



Le document « L’hospitalité comme lieu de révélation divine : un regard chrétien » reprend le contenu d’une conférence donnée par Martin Bellerose le 9 novembre 2015 dans le cadre de la soirée « Hospitalité chrétienne et défis actuels ». Dans ce texte, l’auteur propose une réflexion sur l’hospitalité à partir de trois passages bibliques : Romains 12, 1-21, Hébreux 13, 1-19 et 1 Pierre 4,7-11. Il présente la portée du mot philoxenia (hospitalité) utilisé dans le discours des premiers chrétiens et leur façon de pratiquer l’hospitalité ainsi que la compréhension qu’ils en avaient afin de nourrir la réflexion des chrétiens d’aujourd’hui face à des flux migratoires grandissants.

 

Le Centre justice et foi, en collaboration avec  Alternatives, a lancé un nouveau blogue collectif "SALAM" (mot qui désigne paix en arabe).

Écrits par de nombreuses figures intellectuelles et associatives, les textes qui sont publiés dans SALAM abordent différentes facettes de la construction de l’islamophobie comme problème public. Nous voulons fournir des outils permettant de mieux saisir les enjeux relatifs à l’islam et à l’actualité internationale et ainsi, contrer les discours islamophobes.

Le blogue peut être suivi dans le Huffington Post (Quebec), le Journal des Alternatives, et un extrait est repris chaque mois dans un billet du Journal Métro.

Textes du blogue :

Des clés de compréhension pour contrer l'islamophobie, par MICHEL LAMBERT et MOULOUD IDIR
Islamophobie, critique ou obsession, par BOCHRA MANAÏ
Géopolitique de l'islamophobie, par MOULOUD IDIR
Du discours islamophobe d'Israël et de ses relais médiatiques québécois, par MICHAËL SÉGUIN

Les féminismes pluriels : un antidote à l’islamophobie et au racisme par SONIA DAYAN-HERZBRUN
L'islamophobie décomplexée et le retentissement d'une « victoire idéologique » des extrêmes droites par SIEGFRIED L. MATHELET

 

 

 

babillard
Déplacés dans le monde : nombre record

Les guerres et les persécutions ont fait l’an dernier 65,3 millions de déracinés qui se sont souvent heurtés à des frontières infranchissables, à la xénophobie ou à des législations de plus en plus dures, a annoncé lundi le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Ce total sans précédent, qui représente une augmentation de 50 % en cinq ans et de près de 6 millions par rapport à 2014, signifie qu’une personne sur 113 a aujourd’hui le statut de demandeur d’asile, de déplacé ou de réfugié. Ces derniers ont été 21,3 millions en 2015 et 51 % étaient des enfants, poursuit le HCR dans un rapport intitulé Tendances mondiales, publié à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés. La Syrie avec 4,9 millions, l’Afghanistan avec 2,7 millions et la Somalie avec 1,1 million représentent à eux trois plus de la moitié du total.
Migrants irréguliers et administration Obama

La question de l’immigration sonne donc comme un échec répété de la politique d’Obama, tout en émergeant comme un enjeu central des prochaines élections présidentielles en 2016. Un récent sondage montre un large soutien de la population en faveur de la régularisation des « illégaux » (72 %). Mais il a fallu que la force montante du mouvement activiste en faveur des droits des immigrés fasse pression pour que Barak Obama, pendant longtemps trop hésitant et trop timide, prenne des initiatives dans ce sens en fin de mandat, non sans donner des gages aux républicains dans la recherche permanente mais illusoire d’un compromis (renforcement de l’arsenal répressif contre l’immigration illégale). Pour en savoir plus.
Aller au-delà des poncifs sur la migration

L’arrivée en grand nombre de réfugiés et de migrants en Europe, après un parcours épuisant, les nombreux morts en Méditerranée, dont celle, très médiatisée, du petit Aylan Kurdi en septembre 2015, ont souvent ému et « bousculé » la population européenne. Toutefois, après les premiers élans de compassion et de solidarité, les inquiétudes et les réticences s’expriment, et de multiples questions émergent : quelle différence entre réfugiés et migrants ? Combien sont-ils en proportion de la population européenne ? Pourquoi cet afflux soudain et va-t-il s’arrêter ? Ne va-t-il pas favoriser le terrorisme ? La France et l’Europe ont-elles la capacité d’accueillir cet afflux de migrants, compte tenu de la crise économique ? Les murs sont-ils utiles ? Faut-il supprimer l’espace Schengen ? Qu’est-ce qu’un hotspot ? Combien coûte la surveillance des frontières ? Ne vaudrait-il pas mieux les aider à rester chez eux ? C’est pour répondre sans tabou à ces interrogations légitimes, et à bien d’autres, que ce petit livre de Claire Rodier a été conçu. Présenté sous forme de questions-réponses, il permet de comprendre ce qui se joue pour nos sociétés, notre vision du monde et nos choix politiques face au destin des migrants. Sa collègue Danièle Lochak prolonge cette analyse dans cette discussion.

 

  © Centre justice et foi. Tous droits réservés. | Crédits